• warning: Creating default object from empty value in /srv/apps/gregorykapustin/sites/all/modules/pathauto/pathauto.module on line 115.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /srv/apps/gregorykapustin/sites/all/modules/views/views.module on line 906.
  • strict warning: Declaration of content_handler_field::options() should be compatible with views_object::options() in /srv/apps/gregorykapustin/sites/all/modules/cck/includes/views/handlers/content_handler_field.inc on line 208.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::options_validate() should be compatible with views_handler::options_validate($form, &$form_state) in /srv/apps/gregorykapustin/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 607.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter::options_submit() should be compatible with views_handler::options_submit($form, &$form_state) in /srv/apps/gregorykapustin/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter.inc on line 607.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_style_default::options() should be compatible with views_object::options() in /srv/apps/gregorykapustin/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_style_default.inc on line 24.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_row::options_validate() should be compatible with views_plugin::options_validate(&$form, &$form_state) in /srv/apps/gregorykapustin/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_row.inc on line 134.
  • strict warning: Declaration of views_plugin_row::options_submit() should be compatible with views_plugin::options_submit(&$form, &$form_state) in /srv/apps/gregorykapustin/sites/all/modules/views/plugins/views_plugin_row.inc on line 134.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /srv/apps/gregorykapustin/sites/all/modules/views/views.module on line 906.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /srv/apps/gregorykapustin/sites/all/modules/views/views.module on line 906.
  • strict warning: Declaration of views_handler_argument::init() should be compatible with views_handler::init(&$view, $options) in /srv/apps/gregorykapustin/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_argument.inc on line 744.
  • strict warning: Declaration of views_handler_filter_boolean_operator::value_validate() should be compatible with views_handler_filter::value_validate($form, &$form_state) in /srv/apps/gregorykapustin/sites/all/modules/views/handlers/views_handler_filter_boolean_operator.inc on line 159.
  • strict warning: Non-static method view::load() should not be called statically in /srv/apps/gregorykapustin/sites/all/modules/views/views.module on line 906.

Sony subit le casse du siècle

Depuis le 20 avril 2011, les gamers du monde entier sont en émois. Depuis cette date fatidique le Playstation Network (PSN) de SONY est désactivé. La cause ? Rien de moins que le plus grand vol de données de l’histoire. Dans la ligne de mire, ANONYMOUS, mais le groupe d’hacktivistes clame haut et fort son innocence dans le casse du siècle.

Piqure de rappel :

L’attaque commence le 17 avril. SONY USA ne repère l’activité suspecte que 2 jours plus tard et démarre une évaluation de ses 130 serveurs, 50 logiciels ainsi que des 77 millions de comptes PSN. Le 20 avril, l’intrusion est confirmée et le groupe nippon recrute des experts externes pour enquêter. Le PSN et Qriocity (prononcé Curiosity) le système de vidéo à la demande de SONY, sont mis hors service. Le 22, le F.B.Iest appelé en renfort.

25 avril, les enquêteurs découvrent comment les intrus ont masqué leur présence, comment ils se sont progressivement attribué les droits d'accès pour remonter sur les serveurs, quels fichiers ils ont effacé pour supprimer leurs logs et l'entendue de leur activité.

Le lendemain SONY annonce au monde le vol des données et le risque encouru par les 12 millions de cartes de crédits utilisées sur le live ! La marque japonaise assure toute fois que les données bancaires sont cryptées et donc inutilisables. Cela n’empêche pas les plus folles rumeurs de courir. Un exemple parmi d’autres, un groupe de hackers aurait proposé à SONY de racheter 2 millions de ses CB perdues. Toujours selon la rumeur, l’offre aurait été déclinée.

SONY essaye alors de jouer cartes sur table à grands renforts d’emailing rassurant, de FAQ sur son blog et d’annonces par le biais de son Big BossHoward Stringer. Le groupe tente même de se faire pardonner en lançant le programme Welcome Back, un mois d'abonnement au service PS+ offert et des contenus gratuits (valable quand le PSN réfactionnera bien sûr). Mais tout cela est rapidement oublié quand les experts de SONY annoncent le 3 mai, que 24,6 millions de comptes Sony Online Entertainment (développeur de jeux vidéos notamment Everquest), ont été aussi piraté. Ce qui porte le total à 101,6 millions de comptes dans la nature, SONY améliore son propre record mondial ! La foule est en délire !

Le spectre ANONYMOUS :

« Nous sommes ANONYMOUS. Nous sommes une légion. Nous ne pardonnons pas. Nous n'oublions pas. Préparez-vous ! » 

Qui se cache derrière se crime infâme qui a ébranlé 4,7 millions de gamers français innocents ? Tout indique à commencer par SONY, le groupe de hackers ANONYMOUS. En effet le groupe de geeks rebels avaient menacé la marque japonaise après qu’elle est entamée des poursuites contre une centaine de hackers dont le dénommé Georges Hortzdit « GeoHot » qui avait détourné les systèmes de protection numérique installés sur la Play3 pour y installer des jeux non autorisés. Le groupe High Tech nippon dépose logiquement une plainte et le 2 avril le collectif d’hacktivistes sort un communiqué :

« Bravo Sony, vous avez attiré la pleine attention d’ANONYMOUS. Vos procédures judiciaires contre les hackers George Hortz GeoHot, et Graf_Chokolo ont sonné comme une alerte et nous les jugeons absolument impardonnables »

Quelques jours plus tard, SONY se voit dépouiller de plus 100 millions de comptes. Mais les défenseurs de la liberté d’expression et de Wikileaks nient toute implication. SONY contre-attaque :

« Nous avons découvert que les intrus ont implanté un fichier sur l'un des serveurs Sony Online Entertainment (SOE) nommé "ANONYMOUS" avec ces mots : "Nous sommes Légion" »

La piste se réchauffe mais pourrait mener à des membres des ANONYMOUS ayant décidé de jouer les francs tireurs. Affaire à suivre donc.

Et maintenant ?

Toujours pas de PSNà l’horizon, aucune date de retour envisagé et des millions des joueurs en état de manque. Entre deux excuses, Howard Stringer assure que les équipes travaillent H24 pour que tout redevienne comme avant as soon as possible ! Leur conseil si vous faites partie des 101,6 millions de petits veinards, changez au plus vite de mot de passe sur vos sites favoris, et les plus précautionneux pourraient même faire oppositions à leurs CB douteuses.

L’image de SONY ne sort pas grandit de cette crise, d’autant qu’ici et là les titulaires de comptes PSN se rassemblent en collectif pour intenter des procès au géant japonais.

 

Marvin Larade